Close

How to Play

Poker Blinds and The Importance Of Position | partypoker669.com

Dans cette rubrique, nous abordons les différentes places de la table de poker, et notamment les points suivants :

Le fonctionnement des positions

Lorsque vous prenez place à une table de poker, la première chose à chercher est le bouton du donneur. Ce petit disque blanc indique qui est le donneur et vous permet de trouver votre propre position à la table (là où vous vous situez dans l'ordre de mise).

Les deux premières places à gauche du donneur sont appelées la petite blind et la grosse blind. Elles débutent le tour de mise avec un montant fixe pour déclencher l'action.

Après ça, l'action se déroule dans le sens des aiguilles d'une montre autour de la table, et les joueurs choisissent chacun une stratégie légèrement différente en fonction de la place qu'ils occupent. Le principe est simple. Il faut jouer les mains fortes en early position, les bonnes mains en mid-position et quelques autres mains en late position. Notre guide des mains de départ pourra vous êtes utile ici, mais d'abord, nous vous donnons un aperçu des différentes positions et de ce qu'elles signifient.

Early position

Le joueur à gauche de la grosse blind est appelé "under the gun", puisqu'il est le premier à jouer (aucune pression). Selon la taille totale de la table, cette place et la place suivante sont nommées l'"early position" et sont les plus difficiles à jouer, puisque vous n'avez aucune idée de ce que les autres vont faire. C'est pourquoi, en théorie, vous ne devez jouer que les meilleures mains (paires de 10 ou de cartes à figures, As-Roi ou As-Reine).

Dans cette rubrique, nous allons expliquer :

Qu'est-ce que l'early position ?

Au pré-flop, l'early position est la place immédiatement à gauche de la grosse blind. Sur les tables plus grandes, cela peut également inclure les deux-trois joueurs suivants. Après le flop, c'est le premier joueur à jouer.

Il est difficile de prendre de bonnes décision lorsque l'on joue en early position.

Pourquoi ? Vous êtes le premier à agir et vous avez peu d'informations. C'est pourquoi on peut avoir l'impression de jouer aux devinettes.

Que faut-il jouer en early position ?

Misez simplement sur les bonnes mains.

Si vous êtes en early position et le premier à miser, vous devez vous comporter un peu comme un enfant gâté. Ne jouez qu'avec les meilleures mains, mais gardez en tête ce qui suit :

  • Variez votre jeu lorsque vous jouez avec des paires petites à moyennes, comme 10-10 et valet-valet, en alternant relance et suivi.
  • Les mains avec des cartes fortes comme roi-reine ou valet-10 peuvent avoir l'air de bonnes mains, mais elles peuvent vous poser problème si vous vous retrouvez encerclé après le flop.
  • Vous avez envie de tenter quelque chose de rusé ? Piégez les autres joueurs avec une sur-relance. Les mains idéales pour ce genre de coups sont as-as, roi-roi, reine-reine. Il vous suffit de suivre la grosse blind (en espérant que cela sera perçu comme une faiblesse), puis de relancer et de finir par une sur-relance. C'est aux tables agressives, où les joueurs relancent et sur-relancent si souvent qu'un coup de ce type ne mettra la puce à l'oreille de personne, que cet astucieux petit tour fonctionne le mieux

Les meilleurs astuces pour l'early position

Des paires petites mais puissantes

Ce sont les petits formats qui créent les occasions en early position. Les petites paires sont les mains les plus faciles à jouer en early position.

Pourquoi ? Parce que, après le flop, soit vous avez formé votre set et pouvez déterminer comment tirer le plus d'argent possible de la main, soit vous êtes dans une impasse et vous pouvez vous retirer sans perdre trop d'argent.

Faites attention toutefois. Vous pourriez tout de même vous trouver dans une mauvaise situation plus tard au cours de la main.

Des devinettes

Après le flop, les choses deviennent plus compliquées si vous êtes hors de position (c'est-à-dire si vous n'êtes pas le premier à jouer). Devez-vous miser ou checker ?

  • Si votre main est correcte et que vos adversaires sont nombreux, misez. C'est une façon pratique d'empêcher les joueurs d'attendre de prendre les cartes pour constituer une main gagnante.
  • Si vous jouez contre des joueurs agressifs, il est préférable de checker et de relancer. Cela veut dire qu'il y aura plus d'argent dans le pot si vous êtes sûr d'avoir la meilleure main.

Checker

Si vous avez relancé après le flop et que l'on vous a suivi, checker après le flop (dans l'intention de checker et de relancer) peut être une bonne idée.

Quand ?

Checkez et relancez si vous avez une main forte, comme :

  • une over pair (une pocket pair plus forte que tout ce qu'il y a au flop),
  • une très bonne paire (une paire constituée de l'une de vos pocket cards et de la carte la plus haute du flop).

Vous pouvez aussi utiliser cette technique pour bluffer. Par exemple, lorsque vous avez as-reine et que vous n'avez pas formé de paire au flop. Si un autre joueur vous suit et que les cartes qui n'ont pas encore été tirées complètent votre main, celle-ci est probablement meilleure que celle de votre adversaire.

C'est bien parce que...

  • En gros, vous menez la danse ! Vous gardez les commandes et vous exercez une pression sur les joueurs qui jouent avec vous.

Cela pourrait être mauvais parce que...

  • Cela coûte plus de checker et de relancer que de miser franchement, parce que vous devez faire mieux que le joueur qui a déjà misé.

La mise en continu

Si vous jouez contre des joueurs plus passifs, il vous suffit de miser sur vos mains fortes, puis de miser en continu si vous manquez le flop, parce qu'il est probable que votre adversaire ne fasse que suivre ou relancer s'il a une bonne main.

La mise en continu différée

Vous checkez avec l'intention de miser quel que soit le tournant (la quatrième carte commune) si votre adversaire checke aussi.

C'est bien parce que...

Cela donne l'impression que vous avez une main forte que vous avez essayé de cacher au flop. Cela fonctionne mieux lorsque vos adversaires vont ont vu checker et relancer le flop avec des bonnes mains par le passé.

Checker et relancer au flop

Un très bon petit coup à utiliser lorsque vous êtes face à des adversaires agressifs qui suivront au flop et essaieront de vous prendre le pot au tournant.

Quand ?

Lorsque vous avez une main forte ou que vous voulez bluffer.

C'est bien parce que...

Cela va empêcher l'agresseur de vous malmener dans le but de vous éliminer.

Cela pourrait être mauvais parce que...

Si vous faites cela, vous devez vraiment y aller à fond, ce qui veut dire que vous devez miser beaucoup de jetons.

L'obsession du contrôle

Si vous avez une main médiocre (comme une paire ou même une overpair), il est important que vous essayiez de contrôler la taille du pot de manière à ne pas perdre trop de jetons si vous êtes battu.

En fait, l'un des adages les plus connus des professionnels du poker est "Ne jouez un gros pot qu'avec une bonne main".

Par conséquent, si votre adversaire vous court après et se bat pour obtenir le pot, essayez de checker ou de suivre s'il mise. Cela maintient le pot à un niveau bas et si vous perdez finalement plus tard au cours de la main, vous ne perdrez pas trop d'argent.

Pourquoi ?

Cela vous empêche de prendre les commandes, ce qui vous mettrait en position d'être relancé, et par la suite, vous devez soit jouer un pot vraiment imposant avec une mauvaise main soit abandonner votre main.

De même, en checkant, vous pourriez faire croire à vos adversaires que votre main n'est pas si terrible que ça. Cela marche vraiment bien à la rivière si vous checkez avec une overpair, parce que vous persuaderez peut-être votre adversaire de bluffer.

Mise bloquante/Mise défensive

En plaçant une petite mise défensive (en gros 30% du pot), vous empêchez votre adversaire de placer une grosse mise qui vous obligerait à prendre une décision difficile.

Ça marche parce qu'il va suivre votre mise bloquante pour rester dans la main, sans la relancer (une relance serait trop risquée). C'est une façon subtile de garder le contrôle du pot et de jouer la main selon vos termes. Tandis que, si vous checkez, vous serez peut-être bluffé ou obligé d'égaler la mise de votre adversaire.

Quand ?

Après le flop, si vous n'avez qu'un seul adversaire.

Cela pourrait être mauvais parce que...

Si vous agissez ainsi contre un adversaire de bon niveau, il pensera que vous manquez de détermination, ce qui veut dire qu'il pourrait vous attaquer.

Maintenant que vous pouvez ajouter quelques cordes de plus à votre arc, la meilleure chose à faire est de mettre ces nouvelles connaissances en application, en jouant soit en mode réel, soit en mode virtuel.

N'oubliez pas, néanmoins, que jouer en early position est difficile et que vous êtes désavantagé dans cette position, alors tâchez d'attendre d'être en late position pour engager vos jetons.

Mid-position

Les deux places suivantes sont relativement intéressantes, puisque vous êtes amené à voir ce que vont faire les premiers joueurs. Vous pouvez ici ajouter quelques paires et quelques connecteurs suited de plus à votre répertoire. Si vous occupez le siège suivant, appelé hijack (pirate de l'air), et qui est à mi-chemin entre la middle et la late position, vous devez relancer avec n'importe quelle paire.

Late position

La late position (la limite et le bouton) sont les meilleures places que l'on peut avoir au poker, puisque vous avez eu l'occasion de voir ce que tous les autres joueurs ont fait. Si tous les autres joueurs se sont couchés, vous pouvez avoir une main moyenne, mais tout de même "voler les blinds" (remporter le pot tout de suite). Cela veut dire que vous pouvez relancer avec beaucoup plus de cartes, comme n'importe quel as quand l'autre carte est de la même couleur, et tous les connecteurs suited.

Dans cette leçon, nous vous donnerons toutes les informations qu'il faut sur les points suivants :

Au poker, la position est aussi importante que l'oxygène que l'on respire. La late position est LA position que vous devez occuper, c'est aussi simple que ça.

Lorsque vous êtes en late position, comme tout le monde joue avant vous, vous pouvez récoltez des informations sur le type de mains que peuvent avoir vos adversaires avant même d'avoir touché un jeton.

Où est la late position ?

En late position, on trouve le bouton (ou le donneur), le joueur qui agit juste avant le bouton (le cut-off) et parfois également le joueur précédent. Après le flop, la late position peut être n'importe quelle place où vous avez joué avant.

Que faut-il jouer ?

En général, vous pouvez jouer n'importe quelle main qui a une valeur jouable, comme les pockets pairs, deux cartes de valeur supérieure à dix, deux cartes qui se suivent de la même couleur, quelles qu'elles soient. En gros, il est bien de jouer deux cartes, quelles qu'elles soient, qui ont un rapport entre elles.

Les meilleurs astuces pour la late position

Évoluez avec votre temps

Vous devez adapter votre style de jeu en fonction de la manière dont le jeu a démarré :

  • La plupart du temps, il faudra vous coucher s'il y a beaucoup de joueurs dans le pot et que vous avez une main comme as-9 off-suit.
  • Lorsque le joueur qui ouvre le pot avec une relance joue serré, vous devez jouer un peu plus serré et n'aller dans le pot que si vous agissez.
  • Si personne n'a encore ouvert le pot, vous pouvez envisager d'y aller avec une grande variété de mains.

Suivre le pot

Si vous êtes au bouton et qu'un ou plusieurs joueurs suivent le pot, vous avez beaucoup de possibilités.

  • C'est un très moment pour jouer de petites pocket pairs ou des suited connectors parce qu'ils fonctionnent bien dans un pot à voies multiples.
  • Vous pouvez même faire une relance qui "adoucira le pot" parce que vous êtes dans une situation très favorable.
  • Vous pouvez aussi punir ceux qui ont suivi en essayant de prendre le pot tout de suite avec une relance de taille correcte. Faites la même chose avec une mise de taille conséquente au flop pour vraiment donner l'impression que vous avez une bonne main. N'oubliez pas que, au bout d'un moment, ce coup va devenir évident aux yeux d'adversaires observateurs.
  • Vous pouvez aussi suivre au bouton avec deux cartes. Cela marche vraiment bien dans des parties dans lesquelles les autres joueurs ont beaucoup de jetons. L'idée ici est qu'il va y avoir beaucoup de pots après le flop que vous pourrez vous approprier si les autres joueurs n'arrivent à pas former de mains.

Voler les blinds

Le vol des blinds doit constituer une part importante de toute stratégie de poker.

La late position est la meilleure place pour commettre ce larcin, parce qu'il y a moins de joueurs entre vous et l'objectif qui consiste à prendre les blinds sans combattre.

Short stacks et big stacks : attention, danger !

Subtiliser les blinds de joueurs qui ont peu de jetons est risqué, parce qu'ils cherchent à tenter des actions téméraires. Les joueurs qui ont beaucoup de jetons peuvent se permettre de venir vers vous ou de voir le flop, alors évitez-les aussi.

Les joueurs à qui il est le plus facile de voler les blinds sont les medium stacks.

Suivre les relanceurs en early position

Cela peut créer beaucoup de possibilités pour un stade ultérieur de la main. Donc, si vous jouez contre un joueur faible qui abandonne souvent sa main après le flop, vous pouvez le suivre si vous avez une main telle que 6-7 de la même couleur. C'est possible parce que la possibilité combinée que votre main devienne bonne... et que votre adversaire abandonne simplement sa main joue en votre faveur.

Sur-relancer après le flop

Si un joueur agressif ouvre le pot de la middle ou de la late position lorsque vous êtes au bouton, vous pouvez sur-relancer avec deux cartes, quelles qu'elles soient, parce que c'est une magnifique occasion de prendre le pot en jouant comme le ferait quelqu'un qui a une main vraiment forte.

Rester fort au flop

Continuez à utiliser la position du bouton pour dominer les autres joueurs et exercer une pression sur eux.

Flotter sur le flop

Lorsque vous "flottez sur le flop", c'est que vous suivez au flop (en sachant que souvent vous n'avez rien) dans l'intention de prendre le pot. Cette tactique ne marche vraiment en late position que si vous affontez un autre joueur dans le but de récupérer le pot.

Ce mouvement est très bien pour le moment où les autres joueurs misent en continu au flop, puis checkent au tournant parce qu'ils sont inquiets pour leur main.

Mais faites attention : votre "histoire" doit être convaincante, par conséquent, c'est lorque le tournant donne à votre adversaire une raison de s'inquiéter que cette technique marche le mieux. Par exemple, si deux cartes couleur sortent au flop, vous suivez, puis la troisième carte couleur sort au tournant et vous passez à l'action (les autres joueurs vont penser que leur très bonne main de départ ne l'est peut-être tant que ça).

Voleur de pot

Vous devez systématiquement être à l'affût des pots que vous pouvez prendre et dont personne ne veut.

Les joueurs qui jouent avant vous apportent des indices et des informations sur un plateau, rien que par le biais de ce qu'ils décident de jouer. Traquez les faiblesses comme les checks et les petites mises, puis attaquez en misant et en relançant.

Comme toujours, vous devez déterminer quel est le type de jeu des personnes qui sont avec vous dans le pot. Si elles checkent et relancent beaucoup, vous devez bluffer moins.

Vous n'avez pas besoin d'être agressif à chaque main que vous jouez en late position. Si votre adversaire déteste se coucher dans la partie dans laquelle vous jouez, réduisez le nombre de coups que vous faites. Mais n'oubliez pas que vous devez, de manière générale, rester attentif, et jouer de manière ferme.

La règle d'or...

Si vous ne deviez retenir qu'un seul élément de cette rubrique :

Le bouton est ce qu'il y a de plus important au poker. Lorsque vous êtes dans cette position, jouez beaucoup et soyez agressif envers les joueurs serrés/faibles qui jouent timidement avant vous.

Les blinds

Le jeu revient finalement aux blinds. A ce stade, si la plupart des gens ont suivi, vous devez suivre avec la gamme de mains que vous auriez jouées en late position. S'il y a eu relance, tenez-vous en aux mains de départ d'early position. Si personne n'a encore relancé, les blinds ont aussi la possibilité de parler (passer ce tour de mise). Toutefois, dans les cash games, il est préférable de relancer avec de bonnes mains ou de se coucher.

Se coucher, suivre ou relancer ?

Au poker, vous avez trois options : vous coucher (laisser vos cartes), suivre (miser un montant égal à celui de la mise précédente ; si personne n'a relancé, miser un montant égal à celui de la grosse blind) ou relancer. Lors d'une relance, vous pouvez miser n'importe quel montant tant qu'il est égal au moins au double de la mise précédente.

Généralement, si vos cartes valent la peine d'être jouées, vous pouvez relancer de trois ou quatre fois la mise précédente. Pourquoi relancer ? En premier lieu pour mettre plus d'argent dans le pot et, donc, en gagner plus. La relance fait également se coucher les joueurs qui ont des mains faibles (moins vous avez d'opposants, plus, mathématiquement, vous améliorez vos chances de gagner, quelle que soit votre main).

Si quelqu'un a relancé devant vous, il est plus sage de suivre que de relancer, à moins d'avoir une main très forte comme la meilleure paire (valets ou autres figures) ou un as et un roi, un as et une reine (auquel cas, vous relancez de trois fois la mise précédente). Si la personne relance à nouveau et que vous avez deux rois ou deux as, misez tous vos jetons. Si ce n'est pas le cas, suivez.

Si personne n'a relancé, vous avez le choix entre relancer et vous coucher. Si vous participez à un cash game, vous aurez plus d'options après le flop et vous aurez la possibilité de gagner plus de mains.

Après le flop, les choses se corsent un peu, mais le principe est le même. Vous n'avez plus à vous soucier de choses "sur le bouton" que vous ne devez pas envisager de tenter "under the gun".

How to choose the right seat to maximise winnings

Le choix de la bonne partie peut faire la différence, vous faire gagner ou vous faire éliminer. Nous allons ici passer en revue certains facteurs qui vous aideront à choisir la bonne place.

La taille du pot

Une pot d'une taille conséquente veut dire que les joueurs vont beaucoup miser, ce qui est bon à savoir (à moins qu'il n'y ait que deux joueurs avec beaucoup de jetons qui se lancent dans une confrontation).

Les joueurs qui voient le flop

La proportion de joueurs qui voient le flop est un signe encore plus fiable. Quand elle atteint les 30% pour des parties à neuf ou 10 joueurs et les 40% pour les parties avec peu de joueurs, le type de jeu va être relâché. Très bien si vous jouez au poker de façon disciplinée.

La cave moyenne

Ça a l'air bizarre, mais plus il y a de joueurs qui s'inscrivent en payant le maximum, mieux c'est. Pourquoi ? Il est difficile de jouer contre les short stacks et vous ne gagnerez pas souvent si vous le faites. La difficulté est doublée si vous jouez contre beaucoup de joueurs qui jouent eux-mêmes sur plusieurs tables. Ce n'est pas qu'ils soient des joueurs fabuleux, mais ils savent ce qu'ils font lorsqu'ils atteignent leur limite personnelle.

Bien sûr, il ne sert à rien d'affronter des big stacks à moins d'avoir l'avantage. Une fois que vous aurez joué pendant un moment, vous saurez reconnaître les joueurs qui sèment le trouble et vous resterez aux tables où vous avez l'avantage.

La position

L'argent se déplace en général dans le sens des aiguilles d'une montre autour de la table, donc, une fois que vous aurez repéré où se trouvent les meilleurs joueurs, prenez place à leur gauche (si vous le pouvez).

Le moment d'avancer

Enfin, ne croyez pas que, une fois assis, vous devez obligatoirement rester au même endroit. Dans les parties en ligne au rythme soutenu, en particulier les six-max, les joueurs ont tendance à changer de place régulièrement. Si la partie qui se déroule à votre table prend un tour qui ne vous convient pas, changez-en.

Le poker tracking

Si vous avez l'impression qu'il y a beaucoup de données à assimiler, ne vous inquiétez pas, c'est à cela que servent les logiciels de poker tracking.

Ces programmes font le gros du travail pour vous, en créant des statistiques par joueur ou par table, de manière à ce que vous puissiez vraiment voir ce qui se passe. Par exemple, Voluntary Put in Pot (ou VPIP) vous indique si le jeu est plutôt relâché ou plutôt serré (plus il est relâché, mieux c'est).